Vasectomie

 
 

La vasectomie est une méthode définitive de contraception masculine. Extrêmement efficace, elle n’entraîne aucun trouble de l’érection ou de la virilité.

C'est une opération qui consiste à ligaturer les canaux déférents qui transportent les spermatozoïdes des testicules vers la prostate. Les spermatozoïdes ne peuvent plus se mélanger avec le liquide séminal et ne sont donc plus extériorisés lors de l’éjaculation.

La rencontre d'un spermatozoïde et d'un ovule entraîne la survenue d'une grossesse. En l'absence de spermatozoïde dans le liquide séminal, la fécondation n'est plus possible.


La vasectomie consiste à pratiquer par 1 ou 2 petites incisions dans les bourses pour atteindre les canaux déférents. Cette intervention est  réalisée sous anesthésie locale ou générale. Les suites sont habituellement simples.
La stérilité ne suit pas immédiatement l'opération, la fécondité persiste tant qu'il existe des spermatozoïdes vivants dans le liquide spermatique. Une autre méthode de contraception est nécessaire jusqu'à ce qu'obtention de l’absence de spermatozoïdes vivants sur un spermogramme réalisé à 3 mois de l’intervention.

Après la vasectomie, les testicules continuent à produire des spermatozoïdes qui ne sont plus éliminés. En revanche les glandes séminales et la prostate continuent à produire la même quantité de liquide spermatique ; ainsi au moment de l'éjaculation le même volume de liquide est émis, mais ce liquide ne contient plus de spermatozoïdes.

La vasectomie ne modifie pas la production d'hormones masculines. Les hommes n'ont donc pas à redouter de modifications liées à un manque d'hormones mâles et plus particulièrement de troubles soit de l'érection, soit de l'éjaculation.

La vasectomie est reconnue comme le moyen de contraception masculine le plus fiable. Il existe toutefois, des rares cas de recanalisations spontanées, nécessitant éventuellement une réintervention.

Toutefois, à la différence du préservatif, elle n'offre aucun moyen de protection contre les maladies sexuellement transmissibles.

La probabilité d'une grossesse chez la partenaire d'un homme vasectomisé est très faible. La cause la plus courante d'échec provient de rapports sexuels sans protection peu après l'opération. La nécessité de l'examen du sperme à distance de la vasectomie doit être rappelée avant l'arrêt de la contraception


Toute intervention chirurgicale comporte un certain pourcentage de complications et de risques y compris vitaux, tenant non seulement à la maladie dont vous êtes affecté mais également à des variations individuelles qui ne sont pas toujours prévisibles. Certaines de ces complications sont de survenue exceptionnelle et peuvent parfois n'être pas guérissables.

Les suites de la vasectomie sont peu douloureuses.

Après l'opération, le sujet peut avoir mal pendant quelques jours en raison d'un oedème ou d’un hématome au niveau des incisions. Ces désagréments sont généralement bénins et disparaissent spontanément au bout d’une à deux semaines. L'application d'une poche de glace, le port d'un slip serré ou l'utilisation d'un antalgique peuvent apporter un soulagement. Il convient de s'abstenir d'activité importante pendant un ou deux jours et de veiller à la propreté des incisions. La reprise des rapports sexuels, protégés, est possible dès que les phénomènes douloureux ont disparu.

Parfois, une reprise opératoire est nécessaire en cas d’hématome.


La vasectomie doit être considérée comme une méthode de contraception définitive. Bien qu’une intervention de reperméabilisation soit possible, les taux de grossesse chez les partenaires d'hommes ayant subi cette intervention de reperméabilisation sont assez faibles. La stérilisation ne doit donc pas être considérée comme une méthode réversible.

C’est pourquoi nous conseillons une autoconservation du sperme au préalable avant l'intervention. Il s'agit d'une pratique différente du don du sperme et qui peut être réalisée dans tout laboratoire agréé pour une conservation du sperme. Ce sperme ne pourra être utilisé que par l'homme ayant réalisé cette conservation. Enfin, tous les autres aspects de la contraception se doivent d'avoir été évoqués avant une telle décision afin de prévenir tout regret.

Jusqu’à la loi du 7 juillet 2001, la vasectomie était considérée comme une mutilation. Depuis, le législateur a établi que le médecin se doit de vous donner l'information et les explications les plus larges, ou peut refuser de réaliser cette vasectomie s'il pense en conscience ne pas vous rendre service, mais doit alors vous orienter vers un autre confrère. Un délai de 4 mois de réflexion est obligatoire entre la première consultation et celle qui fixera les modalités de l'acte opératoire. Enfin il doit vous proposer de signer un consentement écrit à la réalisation de cette intervention.

 

Vasectomie

Organes_genitaux.html

Retour page précédente

Dernière mise à jour: 13/5/2016